Je cueillerai la vie et je te l'offrirai

Je cueillerai la vie et je te l'offrirai : "Une écriture fine, sensible, fluide, réaliste aussi."

Un titre qui, à lui seul, nous donne envie de craquer.

Quant à l’histoire, que dire? A part “Lisez la”! 💙

Lorsque nos enfants jouaient avec leurs Lego, ils empilaient, construisaient, montaient des tours très hautes et puis… Tout s’écroulait.

Et puis, et puis… Ils recommençaient à construire…

Les femmes que nous allons rencontrer m’ont fait penser à ces Lego, tant par leur individualité que par leur complémentarité. Tant par leur faiblesse une fois seules, que leur force une fois unies. Tant par leur capacité à se reconstruire.

Ces femmes seules, aux vies et destins diamétralement opposés. Ces femmes unies, par leur bonté, leur envie de tendre la main, leur humanité.

Je ne vais pas vous promettre que c’est une histoire feelgood. C’est une histoire qui reflète la vie telle qu’elle est, avec ce qu’elle a de plus beau, de plus solaire, mais aussi ce qu’elle a de tristesse et de violence au quotidien.

Des femmes que nous allons apprendre à connaître, à apprécier, à aimer. Des femmes qui, parfois au détriment de leur propre vie personnelle, mettent leur coeur sur un plateau pour s’entraider. 

Une écriture fine, sensible, fluide, réaliste aussi.

Des vies telles qu’elles le sont au quotidien, où s’entremêlent l’amour, l’amitié, la violence, la détresse et les angoisses du lendemain.

L’assistante sociale qui part le soir en maraude à la rencontre des sans abri, la policière pour qui les cas à traiter ne sont pas de simples numéros sur un dossier, l’infirmière urgentiste et dans le service des personnes dans le coma qui met tout son coeur dans son travail, la grand mère sans domicile qui offre tout alors qu’elle n’a rien, et cette maman, quelle maman!, dont le but est d’offrir un avenir à son fils.

Grâce à l’humanité de ces 5 femmes, les Lego vont se former, se casser, se détruire, se reconstruire et lorsqu’on referme ce roman, lorsqu’on quitte ces belles femmes là, oui, on a envie de croire en l’humanité, malgré sa face sombre et cachée.

Elles auront réussi à cueillir la vie, nous l’offrir, et leur côté solaire à chacune d’entre elles nous aura donné envie d’espérer, oui, malgré tout.

Un magnifique roman que j’ai quitté le coeur léger, le coeur lourd, un sourire aux lèvres, une larme au coin de l’oeil.

La vie, tout simplement…

Share This