2048 - L'Intégrale - Editions L'Alchimiste

Happycratie : dystopie glaçante, assez réaliste et grinçante"

2040, l’Europe est devenu un état fédéral qui cherche à atteindre un idéal du bonheur. A leur majorité, chaque citoyen se voit implanté une puce qui mesure le TIB ( Taux Individuel de Bonheur). Le culte du bonheur, du bien être, de la santé physique et mentale est au centre des préoccupations des dirigeants et de chaque habitant. La bienveillance, le respect, une hygiène de vie impeccable sont serinées tant à la télé qu’à l’école. Société hyperconnectée, les machines sont au services absolu de l’homme. L’objectif est d’avoir le TIB le plus élevé possible. Mais, il y a également les réfractaires, ” les briseurs de rêve” qui luttent pour conserver le droit à vivre libre de ces imprécations au bonheur. Arriveront-ils à renverser cette happycratie ?
Je ne suis pas fan de la science-fiction, mais j’ai complétement adhérer à cette histoire.
Nous sommes ici dans une réflexion sur le bonheur. Qu’est-ce qui rend véritablement heureux. Ne vous y trompez pas avec ce titre, cette histoire n’est pas niaise ou gentillette. Au contraire, j’ai trouvé que le sujet à été traité avec intelligence. Le proverbe “le malheur des uns fait le bonheur des autres” se voit confirmer. On rentre dans un paradoxe où les briseurs de rêve voient leur TIB augmenter quand ils font du mal aux autres et où ceux qui appliquent les règles de l’happycratie voient leur TIB chuter. Petit à petit on voit que l’happycratie devient la dictature du bonheur. Le bonheur individuel devient l’objectif collectif. Les citoyens sont infantilisés, leur cerveau lavé à coup de règles absurdes.
D’ailleurs, le mot amour est très peu présent dans l’happycratie, les relations entre êtres humains totalement biaisées et auto-centrées, la notion d’amour est supplantée par ce taux de bonheur.
Il en résulte une dystopie glaçante, assez réaliste et grinçante pour se dire qu’une telle dérive ne serait pas si impossible que cela.
Un roman qui questionne, qui reste en mémoire et que je vous conseille que vous soyez adepte des dystopies ou non.
Je remercie chaleureusement Netgalley France et les éditions de l’alchimiste pour cette découverte vraiment sympa.

Share This