2048 - L'Intégrale - Editions L'Alchimiste

Happycratie : "donne froid dans le dos"

Strasbourg 2040. L’Europe est devenu un état fédéral et vise la société idéale, celle où l’objectif de la gouvernance est que 50% de la population adulte atteigne les 60% de Taux Individuel de Bonheur !

Les Euro-citoyens sont “pucés” et peuvent contrôler à chaque instant leur TIB et les détails qui l’ont baissé ou élevé. Les non “pucés” sont devenus des parias, sans droit et sans toit !

Des résistants à cet état totalitaire se sont regroupés en club : les Briseurs de Rêves ! Ils ont investi les sous-sols d’un ancien centre commercial où ils peuvent manger mal, fumer, boire et mettre au point le “Random Spoil” où un Hyper-Heureux est désigné à la vindicte et l’un des briseurs de rêve chargé de faire baisser drastiquement son PIB, par la violence physique si nécessaire !

J’ai beaucoup aimé cette idée de recherche du bonheur comme base de société et c’est effectivement un sujet qui se prête bien au développement d’une dystopie et des dérives qu’impliquent cette situation totalitaire ! Les gens doivent être heureux et tout est mis à leur disposition pour arriver à cette panacée mais des mesures de rétorsion, pour les réfractaires ou pour les TIB bas, sont aussi existantes.

J’ai trouvé qu’il n’y avait pas assez de détails sur le passé des personnages malheureux, les plus impliqués dans les Briseurs de Rêves, car il y a obligatoirement une raison pour cet état de fait et le choix de résistance active. du coup l’histoire manquait de fondement de ce côté de la barrière. L’histoire des grands-parents, résistants à leur manière, est beaucoup plus crédible et en a fait des personnages attachants.

Je pense que ce roman aurait gagné à avoir quelques pages de plus pour donner plus de présence à certaines personnes. Malgré tout c’est agréable à lire même si ça donne froid dans le dos, comme toute tentative de totalitarisme et donc de ségrégation !

Share This