• Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn

Big Universe : "bien amené, pertinent"

On s’introduit à l’intérieur d’une sphère futuriste robotisée et uniformisée. La norme est de travailler à domicile avec tout le confort. Cela peut sembler tentant et idéal dit comme cela, et pourtant pour notre héros Roïn, cela ne l’est pas.

Il en perçoit très vite les limites, en éprouve une insatisfaction réelle, et même un rejet. En se suicidant, il tente d’échapper à son destin, impossible : on le condamne et on le réinitialise. Avec Roïn, on prend du recul et on dénonce très vite le contrôle, l’aveuglement et l’atteinte à l’identité, au choix et à la liberté. On apprécie son sens de l’intuition, son esprit critique.

L’écriture est dynamique, alerte avec beaucoup de dialogues. On parle ici de science, d’éthique, de scandale, de manière habile et juste. C’est bien construit, éloquent, bien amené, pertinent. On est ici un peu mis en face de nos contradictions avec cynisme.
Un univers que l’on traverse avec curiosité et étonnement. Un premier tome qui donne bien sûr envie d’aller plus loin !

libero justo elit. ut ipsum risus.

Pin It on Pinterest

Share This